Le Pardon : Notre-Dame de Bulat : la tradition vivante

Vous ne connaîtrez vraiment Bulat, si vous ne pouvez assister au "pardon", le dimanche suivant le 8 septembre. La ferveur de milliers de fidèles, la beauté des cantiques, la magnificence du sanctuaire décoré et illuminé, les processions du samedi et du dimanche, la fascination du feu de joie (tantad), constituent des souvenirs inoubliables. Le lundi, un concours de poulains maintient la tradition de la foire aux chevaux qui remonte à 1747. Ajoutez à cela le feu d'artifice, les jeux, les manèges et les bals, et vous comprendrez que ces fêtes du pardon sont un grand moment de liesse pour notre région.

Plus de 2.000 pèlerins ont participé aux fêtes religieuses sous la conduite de cinq prêtres du secteur de Guingamp.

 
Plus de 2.000 personnes ont participé samedi et dimanche dernier à l'office religieux à l'occasion du pardon de Notre-Dame de Bulat.

Outre les fêtes païennes (la foire aux chevaux entre autres et le traditionnel concours de boules), les fêtes de Bulat sont avant tout une rencontre très importante pour la communauté chrétienne du secteur de Guingamp. Les traditions ont été respectées. La légende raconte qu'à la fin du XII e siècle, le seigneur de Pestivien (n'ayant pas de descendant) promit de faire construire une chapelle (à l'emplacement de l'église actuelle) dédiée à la Vierge Marie en cas de naissance dans son foyer. Son vœu ayant été exaucé, sa promesse fut donc tenue et par la suite, le pèlerinage devint, du XIV e au XVII e siècle, le deuxième de Bretagne en terme d'affluence. On dit d'ailleurs que saint Yves s'y rendit à plusieurs reprises.
C'est en 1747 que fut acquise la Vierge d'argent, magnifique statue en argent massif, visible uniquement à l'occasion des fêtes annuelles. Samedi soir, la messe en breton et le traditionnel tantad ont rassemblé de nombreux pèlerins tout comme le dimanche lors de la messe et des vêpres où la Vierge d'argent et les dix bannières étaient à l'honneur, conduite par cinq prêtres des environs.

 

Copyright © Le Telegramme 13/09/2001

 
   

PARDON 2003

 
 

PARDON 2008

 

 
mise à jour le 6 septembre 2008